La pédale Bitoun Fuzz : Test vidéo

 In Anasounds

Bienvenue dans ce test vidéo de la pédale d’effet Bitoun Fuzz de chez Anasounds. Le temps de regarder les quelques minutes de vidéo, et on rentre dans le vif du sujet…

CONCEPTION DE LA PÉDALE

La particularité de la Bitoun Fuzz consiste en 2 circuits de fuzz montés en série, et conçus pour fonctionner ensemble. Dans le même temps, un octaver pour rajouter du cachet au timbre, particulièrement notable quand on joue dans le bas du manche passée la 12ème frette, ou lorsqu’on baisse le volume de sa guitare. Minimaliste au niveau des réglages, ce modèle signé Julien Bitoun s’inscrit parfaitement dans la philosophie d’Anasounds : Design raffiné, utilisation intuitive, qualité de fabrication.

Beaucoup de simplicité au niveau des réglages : Un switch on/off, et deux potentiomètres “tea” et “biscuit” qui correspondent respectivement au volume de sortie et au tone. Comme indicateur de l’état de la pédale, le logo central s’illumine en plein centre lorsqu’elle est enclenchée. Et nous le verrons plus bas, il est possible d’affiner ces réglages.

QUALITÉS SONORES

La première chose qui saute aux oreilles quand on essaie la Bitoun Fuzz est le son hyper-massif qui en sort ! Comme je l’évoque dans la vidéo, pas besoin de tâter du powerchord pour avoir du lourd, une simple note suffit à produire un son extrêmement puissant, et c’est là la réussite majeure de ce modèle.

Si on s’énerve un petit peu sur la guitare dans les tons graves, on obtient le même genre de compression dans les basses que l’on attribue aux fuzz qu’utilisait Jimi Hendrix dans ses concerts. Cependant nul besoin de posséder un full stack d’ampli avec le master à 11 pour rendre ce grain caractéristique, c’est à mon sens un autre point fort de la pédale : ni criard, ni faiblard, on sonne direct puissant et fuzzy.

DES RÉGLAGES EN PROFONDEUR

Venons-en aux réglages internes. À l’aide d’une simple et large vis que l’on peut enlever à la main, la plaque en aluminium brossé du dessous découvre les entrailles de la bestiole, un circuit imprimé propre serti de 6 petit trimpots (en bleu) qui permettent d’aller plus loin dans le façonnage du son. Outre le dosage du voyant lumineux, on commence avec l’impédance de la guitare qui permet à la Bitoun Fuzz d’agir comme un pré-ampli.

Vient ensuite la première fuzz basée sur le modèle de la Feed Me d’Anasounds, et la seconde fuzz inspirée de la classique Superfuzz. Si l’alchimie se fait, le tout étant de trouver le juste dosage entre ces deux parties du circuit et de ne pas basculer dans les excès. On ajuste ensuite l’Octafuzz – modulation en anneau – qui résonne au milieu et produit la fameuse octave dont on a parlé plus haut, et vient enfin le Bias qui peut rendre à la fois le grain des transistors en silicone ou le son plus grassouillet et moins soufflant des transistors au germanium.

anasounds logo

J’espère que ce test de la Bitoun Fuzz vous a plu, les commentaires sont comme d’habitude ouverts si vous avez des questions. En tout cas pour ma part cette pédale a été un gros coup de cœur dès que je l’ai essayée, et j’espère que ma démo vous l’aura mieux faite découvrir.

On trouve bien sûr les pédales Anasounds dans les magasins, et vous pouvez également visiter leur boutique en ligne, d’autres pédales de la même trempe sont en stock. C’est du made in France, et de la qualité comme on l’aime.

Recent Posts

Leave a Comment

PARTAGER CET ARTICLE

Si vous avez trouvé cet article et qu'il vous a plu, vous pouvez le partager sur :