La Femme au concert des RHCP: musique vide, poches pleines

 In blog

L’année musicale 2016 en France fut marquée par des cacophonies mémorables, dont les grands espaces de diffusion audio-visuelle furent les vecteurs. La dernière en date était la première partie du groupe La Femme au concert des Red Hot Chili Peppers le 19 octobre, événement qui a suscité un tollé colossal sur les réseaux sociaux.

Avant toute chose ce billet n’a pas vocation à être ou devenir un défouloir envers qui que ce soit. J’ouvre simplement une réflexion sur l’évolution – ou l’involution – de la Musique en France et a fortiori dans le monde en général en donnant mon avis personnel de musicien. Si vous avez une autre sensibilité sur le sujet, je vous engage à la développer avec intelligence en commentaire.

« LA FEMME » IMPOSÉE PAR LES MÉDIAS

Depuis la sortie de leur second album Sphynx, le groupe La Femme s’est retrouvée largement mise en avant par les médias à large diffusion. Les prestations live s’enchaînent sur les plateaux du Grand Journal de Canal+, dans l’émission Monte Le Son de France 4 et la presse écrite ne se targue pas d’éloges à leur encontre. Le journal 20 minutes leur réserve déjà une place d’avenir pour le grand public tandis que les Inrocks n’y voient pas moins que « l’avenir du Rock français ». Les mêmes Inrocks avaient d’ailleurs qualifié de “Reine” la chanteuse espagnole Chanel, dont le seul talent reste la maîtrise de l’auto-tune, à se demander s’il leur reste encore une once de libre arbitre pour compenser leur zéro absolu en terme de crédibilité.

S’il est positif que des groupes a priori émergents se voient mettre en avant sur la place publique audio-visuelle, il est à regretter que ça ne soit pas des musiciens talentueux qui soient sélectionnés. En effet il n’aura échappé à personne, même aux oreilles les plus fainéantes que la femme de La Femme chante faux. C’est à peine croyable, et les exemples sont nombreux. Passée toute considération de style, le résultat est sans équivoque. Nous sommes bien loin de Renaud dont la voix fluctuante au fil des décennies a marqué le cœur des français, de Jean-Louis Aubert qui a toujours compensé ses écarts de justesse qui rentraient dans son style par une énergie débordante, ou de la musicalité de Gainsbourg qui a sublimé sa voix décharnée.

Le rejet des français à leur égard à atteint son point le plus haut à l’occasion des premières parties des RHCP qu’ont assuré ce groupe en octobre, allègrement huées. Les commentaires post-concert déposés sur la page Facebook des Red Hot sont parlants.

WILL.I.AM À L’EURO 2016

Un des points clefs de l’année fut aussi l’ouverture de l’Euro 2016, assurée en musique par will.i.am et le français David Guetta aux platines. Pas moins de 80.000 personnes se sont déplacés au Champ de Mars pour y assister, et la prestation était également retransmise en direct par TF1 à plusieurs millions de téléspectateurs. Souci malencontreux du direct, l’auto-tune était en panne et tout le monde a pu constater les lacunes abyssales du prétendu chanteur. Il faut hélas rajouter à cela les problèmes de placement rythmique: on doit toujours faire face à des imprévus lors de prestations scéniques, mais chanter une mélodie simpliste sur une grosse caisse omniprésente qui martèle les temps ne relève d’aucun talent extraordinaire, nous voyons mal quel imprévu pourrait à ce point détruire une base aussi simple comme un château de cartes.

On se rend très vite compte, s’il nous fallait encore un exemple supplémentaire que les compétences musicales sont de moins en moins un pré-requis nécessaire à la réussite. Le phénomène a même tendance à s’accélérer ces dernières années puisque le minimum relevant du bon sens n’est même pas assuré: chanter juste, être en rythme. Habiller une personne musicalement incompétente avec une image cosmétique tranchée, soulever une post-production dantesque et mobiliser les grands médias pour l’imposer au public, voilà la recette de la réussite musicale en 2016. Et même là, on n’est pas à l’abri d’écarts manifestes de mauvais goût comme le concert de Black M à Verdun, heureusement annulé après un soulèvement populaire massif.

Pour comparaison, une personne aussi controversée – à tort ou à raison, là n’est pas le sujet – que Justin Bieber a tout au moins acquis d’excellentes sensations rythmiques et a appris à chanter au cours de sa carrière. Quand on voit Justin arrêter son morceau et apprendre à ses beliebers à taper sur le 2 et le 4 parce que ça l’égratigne fondamentalement d’entendre une foule taper sur le 1 et 3, on se rend compte que grand bien ferait à certains d’en tirer une leçon. Anecdote rapportée récemment par une de mes jeunes élèves en guitare qui a adoré son concert, des vidéos sont facilement trouvables sur le web.

QUELLES ALTERNATIVES EN FRANCE?

Passé ce constat, quelles alternatives pour renverser la tendance musicale en France? Soutenir des artistes compétents et faire le tri dans ce qu’on achète me semble être une base solide, au delà de tout clivage musical. Pour parler du Rock instrumental en France que j’aime particulièrement, nous regorgeons d’artistes de niveau pouvant transcender les frontières qui sont maintenus aujourd’hui dans une ombre relative par rapport aux artistes nommés ci-dessus. Nous pouvons aisément citer Patrick Rondat dont la réputation internationale n’est plus à faire, Pascal Vigné qui a sorti récemment un album avec Triple FX, Tristan Klein et sa patte reconnaissable entre mille, Manu Livertout, Stéphan Forté, etc.

D’autres styles existent regorgeant d’artistes talentueux, en Jazz, en Pop, en Soul, même en Électro, comme en témoignent mes amis Benjamin Lasbleis et Jerry Manoukian du groupe French Fuse, qui sont tous deux d’excellents musiciens ayant réussi tout récemment à tirer leur épingle du jeu. Nous ne sommes pas dans une problématique stylistique, mais qualitative.

Ne soyons pas dupes, le français moyen n’est pas fatalement condamné à être le dindon de la farce parce que les boîtes de production, les médias dominants et les majors ont peur pour leurs ventes et leur audience. Si on l’habitue à lui servir de la qualité, il en redemandera et nous convergerons vers une valorisation forte du secteur musical français, si on continue en revanche à profiter à lui imposer du contenu médiocre trop longtemps sous prétexte de rentabilité, le revers de la médaille finira par venir tôt ou tard.

Recent Posts
Showing 10 comments
  • Serge Barbeau
    Répondre

    C’est malheureusement ce qu’on constate depuis des années, oui pour la musique choisie et non à la musique imposée! Quand on écoute les émissions de radio, de télé, la pub qui diffusent ça à longueur de journée et bien ça a un impact sur les gens, ils prennent l’habitude. On va nous présenter un artiste avec 2 tubes à son actif et tout le monde aura l’impression d’avoir loupé quelque chose et d’être à côté de la plaque. Les gens s’intéressent, et ça fait boule de neige, c’est ça qu’on appelle subir certaines musiques. Perso j’ai connu la femme uniquement en la voyant passer dans mon fil d’actu facebook, il a été sémantiquement mis en avant en plus par le nombre d’articles qui ont été écrit à son sujet, autant dire que j’aurais bien aimé passer à côté…

  • Gus
    Répondre

    Le problème de la musique vient plutôt de ce qui ne s’y rattache pas (mais qui a TOUJOURS été là), la vente du produit musical. Comme tu l’as dit, mettre des fringues, une grosse caisse en 2 temps, des paroles entêtantes sans queue ni tête, ou pouvant être facilement chantées et voilà, ça marche. Difficile de garder son sens éthique du travail bien fait, de la fierté de sa créativité quand on ne peut en vivre. D’autant plus que ce sont justement les zozios à l’antithèse de « l’artiste », qui, boostés par les labels réussissent à gagner des milles et des cents, passer sur les plus grandes scènes et sont écoutés partout…

  • JCK
    Répondre

    Pourquoi la Femme est l’avenir du Rock ? Je vais vous le dire, parce qu’ils s’en branlent de ce que pensent les gens d’eux, parce qu’ils insultent le public parce qu’ils ont conscience d’être un niveau au dessus, parce que malgrès leur explosion médiatique ils continuent de se comporter comme un petit groupe underground. La Femme est l’avenir du rock parce qu’ils sont un gros majeur en l’air à ce qu’est devenu le rock : un truc poli, où il faut bien jouer, bien chanter… J’en ai strictement rien à foutre de leur musique, je remarque juste que vu ce que la plupart des gens leur reproche, la Femme est un putain de groupe Punk… et c’est cool, bien plus rock en tout cas que ce que c’est devenu

  • Marc
    Répondre

    William ou will.i.am… quelle honte, il mérite bien les points de suspension dans son pseudonyme.
    L’aspect business est évidemment primordial, on n’a pas ici des personnes qui ont à cœur à la fois la qualité de la musique et la rentabilité, juste la rentabilité maximum et c’est désolant… au delà des prestations lamentables pointées ici du doigt, il faut que ça change, les gens ses désintéressent massivement et apprennent avec internet et en regardant dans leur quartier à trouver et faire vivre des musiciens qui en valent la peine.
    D’ailleurs je ne connaissais pas Saturax, mais sacré guitariste, ça décoiffe!

  • Matthieu
    Répondre

    Il y a quelques jours j’ai vu Feu Chatterton, voilà un groupe original dont la musique ne ressemble à rien de ce qui se fait en ce moment, chaque morceau passe par des ambiances très variées avec beaucoup de modulation, grosse claque à voir absolument en live, je ne connaissais presque pas ce groupe, ça m’a réconcilier avec la musique rock made in France! La femme peut aller se rabiller si pour autant qu’elle s’est un jour mise à nue…

  • Matthieu
    Répondre

    pardon pour la faute d’orthographe…réconcilié, hic

  • Constance
    Répondre

    Ce papier traduit bien l’état d’esprit dans lequel je suis… les médias principaux sont complètement à côté de la plaque et on a besoin que ça change…

  • Laurent GEFFRAY
    Répondre

    William mdr j’étais en sueur

  • Maxsteel
    Répondre

    La femme a jamais rien fait d’exceptionnel c’est pas nouveau.

  • Pasquin
    Répondre

    En réponse à JCK.
    J’étais au concert de Bercy, et malheureusement je n’ai rien vu de punk chez La Femme… Si être punk c’est insulter et lever le majeur en l’air… je pense que certains groupes punk réellement engagés (dans l’attitude mais surtout dans leur paroles, leur état d’esprit, leur engagement…) doivent bien se marrer !
    Il n’y a qu’à prendre un peu de temps pour lire leur paroles… c’est bien triste.
    Ce groupe de vaut pas grand chose. Il a simplement été porté par les médias, j’espère que pour le bien de la musique française ils disparaitront vite… Le rock c’est une attitude mais c’est aussi une musique, un style… non la Femme n’est pas un groupe de rock!

Leave a Comment

vel, amet, sed dolor. elementum consequat. ut quis, facilisis neque.

PARTAGER CET ARTICLE

Si vous avez trouvé cet article et qu'il vous a plu, vous pouvez le partager sur :

steve vai evo saturaxoreille absolue fabien olicard saturax robin angelini